Le récit autobiographique dispose de plusieurs formes

Raconter son histoire

Il n’y a pas un récit autobiographique, mais plusieurs formes de récit qui ont chacun leurs spécificités.

Que ce soit un journal intime, des mémoires, des lettres, des carnets cachés, il y a différentes façons de raconter l’histoire de votre vie, de dévoiler des faits particuliers en faisant un bond rétrospectif dans votre passé.

Cherchons à en savoir un peu plus sur les différentes manières de relater ce qui vous est arrivé. Quelles sont leurs caractéristiques et leurs particularités ?

 

Mille manières de raconter une histoire personnelle 

La biographie tirée de moments héroïques

La biographie relate le récit de la vie d’une personne importante ou qui a su faire parler d’elle dans l’histoire, la littérature, l’innovation médicale ou technique. Le récit biographique utilise alors la troisième personne du singulier.

La rédaction ne peut se faire qu’après une importante recherche de documentation ou de témoignages et l’accent est mis sur l’atmosphère de l’époque et des lieux historiques, la personnalité des personnages, avec parfois des épisodes de leur vie amoureuse.

Les mémoires tirés de moments historiques

Les mémoires sont une forme particulière du récit autobiographique, réservées aux personnes ayant joué un rôle important dans des événements historiques. Ainsi des hommes de guerre de toutes les époques ont laissé des écrits appelés communément mémoires pour apporter un témoignage de leur vivant, sans craindre l’usurpation ou une déformation possible après leur mort. Ils se servent de ces mémoires pour justifier leurs actes, décisions ou stratégies.

Charles de Gaulle en est un exemple. Il a écrit ses Mémoires de guerre où il a relaté le déroulement d’événements décisifs en partageant sa vision des faits.

 

Les différents procédés du récit autobiographique

L’autobiographie : un récit rapporté par l’auteur lui-même

L’autobiographie est un récit personnel et unique dans lequel l’auteur choisit de restituer des épisodes de sa vie avec vérité et sincérité.

C’est un texte profondément personnel, un procédé où l’écrivain, conscient de sa position de vulnérabilité, s’expose au jugement, à la critique même de son public. Rédiger son autobiographie pour un personnage public (artiste, politicien ou écrivain, etc.) est un moment particulièrement important, sinon décisif dans sa carrière.

Le récit autobiographie s’écrit à la première personne puisque l’auteur, le narrateur et le personnage principal sont en principe confondus. L’écrivain suit un ordre chronologique pour raconter sa vie ou certains épisodes marquants de celle-ci sur un ton de partage de confidences intimes.

Par exemple, Ma vie d’enfant de Maxime Gorki, l’Enfant noir de Camara Laye ou La Gloire de mon père de Marcel Pagnol.

Le procédé du roman autobiographique

Dans le roman autobiographique, l’auteur utilise certains faits marquants de sa vie qu’il enjolive pour donner une image différente de lui-même. Il relate un rêve ou un espoir non abouti. Il modifie son passé et la fiction se mêle à la réalité. Cela devient une nouvelle ou un roman.

Le Petit Chose d’Alphonse Daudet, Poil de carotte de Jules Renard, Vipère au poing d’Hervé Bazin sont des romans autobiographiques.

Le journal intime enfin dévoilé

Vous êtes tous d’accord qu’un journal intime est en principe fait pour rester secret. Toutes les jeunes filles en ont tenu un dans leur préadolescence, avec son petit cadenas et sa clé !  Il n’a pas d’autre destinataire que l’auteur lui-même.

L’objectif du journal intime est de mettre sur papier des confidences faites à soi-même. La sincérité est totale, les noms des personnes citées sont véridiques. C’est le récit de ses expériences secrètes. C’est tout à fait insupportable pour la personne qui tient un journal intime de se rendre compte que quelqu’un l’a lu.

Il n’a pas de style, l’écriture est libre. Il est écrit au jour le jour. Et c’est « je » qui parle.

La correspondance épistolaire

Une correspondance régulière entre deux personnes ou plus relève aussi de l’autobiographie.

Les auteurs racontent des expériences ou partages des réflexions personnelles et leurs ressentis émotionnels. Les destinataires sont souvent uniquement récipiendaires des confidences d’une personne importante ou particulière. Vous vous rappelez forcément vos lectures au collège, les correspondances célèbres de Madame de Sévigné, de Gustave Flaubert ou de George Sand.

Certaines sont pourtant de fausses correspondances personnelles, des fictions. Ce ne sont pas des récits autobiographiques, mais seulement un genre romanesque très prisé comme les Lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet ou encore les Liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos.

 

 

Comment rédiger un récit autobiographique

Sélectionnez un moment marquant de votre vie et suivez ces étapes

Votre récit autobiographique doit se baser sur une expérience ou un moment spécifique qui vous a laissé un impact émotionnel. Il peut s’agir d’une prise de conscience ou de l’éveil à une chose particulière.

Parlez d’un conflit personnel dont la résonance a marqué votre vie. Une épreuve peut apporter de la matière à un récit autobiographique. Certains choix sont difficiles à faire et peuvent être la cause de séparation, de disputes ou au contraire de réconciliation. Quoi qu’il en soit, ils creusent un sillon dans votre vie qu’il sera impossible d’effacer.

Se concentrer sur un thème particulier qui peut servir de base ou de point de départ pour votre récit. Certains thèmes comme la pauvreté, l’isolement, le sacrifice ou le talent sont de bonnes thématiques à explorer.

S’inspirer du récit autobiographique de personnes célèbres ou influentes donne des idées d’approche pertinentes. Les histoires qui nous ont touchés sont de vrais leviers de motivations pour relater son propre récit. Si les idées vous manquent, vous pouvez lire des livres tels que : L’Invitée de Simone de Beauvoir ; La Promesse de l’aube de Romain Gary ; Le Petit Chose d’Alphonse Daudet ; Le Premier Homme d’Albert Camus.

Terminer avec une morale est une façon de toucher plus particulièrement vos lecteurs. Vous les amenez ainsi à réfléchir plus avant sur le sujet.  La plupart des récits autobiographiques se terminent par une réflexion ou une leçon tirée des événements.